15 conseils pour bien débuter le vélo

Le cyclisme est un sport formidable, accessible à tous. Mais derrière cette formule rapide, est-ce vraiment le cas ? Est-il si facile de débuter ? Y trouve-t-on aussi facilement du plaisir ? Nous nous penchons sur ces facteurs essentiels qui font qu’on commence à pratiquer le vélo, qui permettent de prendre du plaisir et surtout qui amènent à poursuivre ce qu’on a débuté. Voici, donc, 15 conseils pour débuter le cyclisme.

1 – choisir le bon vélo

C’est évident qu’il faut trouver un vélo à la bonne taille avec une selle réglée à la bonne hauteur. C’est le minimum.  Bien entendu, un vélo en carbone est le choix ultime. Il faut essayer pour se rendre compte de la différence. Une idée comme ça : en louer un dans une agence de location pour essayer.
De nombreuses marques proposent des vélos spécifiques femmes. Mais ce n’est pas indispensable.
[Lire ou relire l’article “4 conseils pour choisir son premier vélo de route“] Ce qui est essentiel, par contre, c’est de trouver une taille adaptée à sa morphologie.

2 – Trouver le bon réglage

lors de l’achat, demandez  au mécanicien d’effectuer tous les réglages pour rendre le vélo confortable. Non seulement, vous aurez un vélo à votre taille mais en plus il sera réglé.

3 – Changer la selle 

Il faut du temps, parfois, pour trouver le bon accessoire qui va parfaitement. Pour la selle, il ne faut pas se décourager (j’ai pris trois ans pour trouver la bonne selle !). Une selle conçue pour les bassins féminins soulage considérablement le bassin et les fesses.
[Lire ou relire l’article “10 conseils pour être bien assise sur une selle de vélo“]

4 – Acheter un bon cuissard

Comme pour la selle femme, il est impératif d’investir très vite dans un cuissard de qualité.  Dépenser plus , c’est vraiment économiser sur le long-terme !  Il existe des cuissards spécifiques “femmes”. Mais, nombre de cyclistes féminines se satisfont d’un cuissard (de qualité) homme.
IMPORTANT – tous les cuissards se portent sans culotte

5 – S’équiper avec un minimum de tenue

A part le cuissard, il est conseillé d’acquérir, au moins, un maillot à trois poches arrières et un vêtement pluie pliable pour être rangé dans une des poches. Il va vous sauver quand il pleut, bien entendu. Mais aussi quand il y a du vent ou qu’il fait soudainement plus frais.

6 – Rouler régulièrement pour lutter contre les douleurs musculaires

On ne peut pas éviter les douleurs qui viennent avec la pratique d’un sport.  C’est un fait qu’en faisant du vélo on utilise davantage les  fessiers…et ça donne des courbatures. C’est normal, on n’a pas l’habitude.  Seule une pratique plus régulière peut habituer ces muscles à travailler sans faire mal. Privilégiez deux voire trois petites sorties de 20/30  km par semaine à la place d’une grosse sortie de 40/50 km chaque dimanche !
[Lire ou relire l’article “Douleurs musculaires et courbatures“]

7 – Trouver un club de vélo

Trouvez un club de cyclo-tourisme est une bonne idée pour se retrouver parmi d’autres cyclistes, pour être conseillée et rassurée.  On découvre souvent sa région, les routes qu’on ne connait pas, mais aussi on découvre qu’on est capable de rouler plus longtemps, plus loin, plus vite en groupe.  On apprend le bon comportement de cycliste, dans son propre groupe comme dans le partage de la route.
[Lire ou relire l’article “Où peut-on rouler à vélo ?“]

8 – S’inscrire sur STRAVA

Il est très agréable de retrouver sa trace de sortie sur une carte plus tard et de garder un carnet de route de ses sorties. Aujourd’hui, on trouve , à des prix raisonnables,  des compteurs qui permettent de transférer les données en ligne sur des réseaux sociaux et des applications.
STRAVA est peut-être la plus connue.  C’est aussi un moyen pour trouver d’autres femmes autour de chez vous. On se croise sur la route, puis on se voit sur STRAVA et si les niveaux correspondent, on prend contact et on se rencontre !

9 – Investir dans un compteur GPS et varier ses sorties

Sortir seule, en se laissant guider par son GPS est une expérience incroyable.
Avec STRAVA ou Openrunner on peut planifier des parcours, voir le dénivelé et les kilomètres  à parcourir. On se retrouve sur de belles routes avec peu de circulation. Il est possible de varier ses sorties selon ses envies, et de découvrir sa région.  Sans le guidage GPS, on reste sur les grands axes utilisés par tout le monde, c’est dommage !

  1. vérifier l’état du vélo avant chaque sortie

en groupe ou seul, avant de partir, je vérifie la pression de pneu (calcul de base: le poids du cycliste plus vélo moins 10% vous donne la pression en bar avec une virgule: par exemple 70kg – 7kg=6,3 bar…à peu près).  Je m’assure aussi que j’ai une pompe et une chambre à air dans mon sac de selle.  De préférence j’ai une chaine bien nettoyée et graissée.

11 – préparer ses affaires avant de sortir:

Il est recommandé d’avoir trois poches dans son maillot.
A droite, on met son alimentation. Au milieu on met son portable qu’on protège dans un sac en plastique. A gauche, on met soit des affaires supplémentaire en cas de météo instable soit cette poche me sert comme poubelle pour le papier d’emballage de la nourriture.  On prépare également deux gourdes.

12 – Boire et s’alimenter suffisamment pendant la sortie

Il faut mieux prévenir que guérir dit-on.  C’est un très bon conseil : deux gourdes remplies (avec de l’eau au moins, mais il est préférable de la mélanger avec du sucre, du sel et du jus de citron, ou un produit spécial “effort sportive”), car il faut boire avant d’avoir soif – à peu près un demi-litre par heure.
Et il faut manger avant d’avoir faim : 20-30 g de glucide par heure.  L’expression “avoir la fringale” ne vous dit rien en ce moment mais vous vous souviendriez pour toujours  quand cela vous arrivera : l’effet est immédiat, on réalise qu’on a faim et du coup le corps arrête de faire ce que vous voulez : pédaler devient impossible.  on a qu’une seul envie c’est de se jeter du vélo pour dormir…
[Lire ou relire les articles “S’alimenter : trois conseils pour faire des choix sains et judicieux” et “On ne plaisante pas avec l’hydratation“]

13 – Adopter une posture correcte sur le vélo

Ne restez pas dans la même position pendant toute la sortie.  Travaillez contre votre nervosité et votre stress et essayez d’être le plus souple possible. Ne crispez pas ! Le guidon et le vélo ne sont pas votre ennemi. Vous ne dominez pas le vélo en le tenant avec toute votre force.  Au contraire, c’est le vélo qui fait ce que vous faites : votre nervosité rend votre vélo nerveux, pas le contraire ! Roulez plus doucement, freinez souplement, changez la position des mains sur le guidon…et vous verrez !

14 – Apprendre à pédaler

Nous avons tous appris à faire du vélo mais très peu savent pédaler correctement.  Le pédalage doit être souple et non pas en force. Il vaut mieux choisir un développement plus petit.
“Tirer un grand braquet” ou “rouler sur la grosse plaque” impressionne peut-être certains mais ne devrait pas être votre préoccupation ! Trouver le juste équilibre entre une cadence trop lente (60 tours par minute) et une cadence trop rapide (100 tours par minute est très fatigant !) sera l’objectif numéro un.
A titre informatif, une cadence entre 80-95 sera bien sur une route plate, cela peut se diminuer drastiquement dès que la route monte : à ce moment là il faut vraiment privilégier un petit développement, c’est-à-dire rester sur une pédalage souple et non pas lourde et lente! Le compteur peut vous informer sur cela.

Pour devenir encore plus efficace, les cyclistes confirmés ont des chaussures qui se calent sur les pédales.  A essayer et adopter au plus vite, pur bonheur une fois habitué !
[Lire ou relire nos articles “Comment choisir le bon braquet quand on roule à vélo ?” et “Une révolution dans le tour de pédale ?”]

15 – Maîtriser les descentes et les virages

La posture sur le vélo est importante.  Au début, on est crispé, stressé, on tient le guidon avec une telle force que les mains deviennent blanches. On freine, tout le monde nous double, on stresse à nouveau…R E L A X E !!
Le groupe attend en haut de la bosse comme en bas !
Concentrez-vous sur la trajectoire à prendre : anticiper le virage, observer la route et la sortie du virage, freiner un peu ( les deux freins, mais en douceur, pour ralentir pas pour stopper), regarder l’endroit où on veut sortir du virage,  soulager les épaules.

Il y a bien des choses à savoir lorsqu’on débute le vélo. Ces conseils doivent permettre de se lancer et de ne pas s’arrêter.  

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*