Pauline Sabin Teyssèdre : la passion du cyclo-cross

Nous sommes allés à la rencontre de Pauline Sabin Teyssèdre dans son “jardin”, là où elle s’exerce au cyclo-cross. Un après-midi sportif durant lequel elle a transmis sa connaissance des techniques du cyclo-cross et son point de vue sur l’entraînement de la discipline. Une occasion, également, pour faire un portrait de cette cycliste amateur au palmarès élogieux. 

Quand il s’agit d’évoquer Pauline Sabin Teyssedre, différents angles de vue sont possibles : la championne, la cycliste, la sportive amateur, la cycliste blessée. Ce qui ressort le plus souvent, sur internet, c’est son coup de colère après le dramatique accident qu’elle a subi en raison de l’imprudence d’un automobiliste.

Une rencontre pour partager la passion du cyclo-cross

Pourtant, ce qui motive cette rencontre avec elle, est de l’ordre de l’échange, de la transmission de connaissances. Ce qui reste de ce moment, c’est sa gentillesse, sa simplicité et son envie de partager sa passion pour le vélo. Son enthousiasme pour le CX. 
Allez ! Tamara Kroll est en route vers Rodez pour rencontrer Pauline Sabin Teyssedre. Elles vont, ensembles, faire une sortie cyclo-cross dans la ville de Rodez, ses parcs et des endroits insolites des environs.

Le cyclisme amateur de haut niveau

Pauline Sabin Teyssedre est championne du Monde “Master” UCI de cyclo-cross dans la catégorie des 35-39 ans, titre obtenu en 2016, à Mol près d’Anvers en Belgique. Et comme on dit dans le milieu, on respecte le maillot arc-en-ciel.
Il faut, aussi, immédiatement, tordre le cou à ce qu’on lit dans la presse, une idée qui se répand.

Non, “Master” ne signifie pas “vétéran”.

L’UCI a créé ces championnats du monde pour assurer la promotion du sport de haut-niveau auprès des cyclistes amateurs dans le cadre de sa politique de diffusion du “cyclisme pour tous”. Les coureurs sont très compétitifs. Le titre est convoité.  Par exemple, Marie Dessard, Championne du Monde UCI Granfondo 2018 dans la catégorie 35-39 vient de se voir proposer un contrat dans l’équipe UCI féminine “Lotto-Soudal”. C’est dire si le niveau de ces championnats est élevé.

Les exigences du sport amateur

Pour en revenir à Pauline Sabin Teyssèdre, il faut bien reconnaître que nous sommes dans le monde amateur. Pas dans un sens péjoratif, ni dans son acceptation sportive. Plutôt dans le sens de celui qui aime et cultive la passion pour son seul plaisir. Toute chose ayant une fin, il faut se souvenir qu’à côté de la sportive de haut niveau qui pratique le vélo sous toutes ses formes (route, cross, VTT), il y a également une cheffe d’entreprise, une mère de deux jeunes enfants et une femme.
Il est de l’ordre des choses de retenir que le sport est passion mais il faut bien comprendre que le sport amateur est abnégation voire renoncement.

Une souffrance qu’elle a vécu dans ses chairs, alors qu’elle prenait la route de son parcours vélo préféré. Un automobiliste imprudent, inconscient de son empreinte sur la circulation lui a coupé la route en souhaitant entrer dans un parking.

Partager la passion du cyclo-cross

C’est dans le magasin de Pauline Sabin Teyssèdre qu’elles se rencontrent. Le contact est franc, simple. Tamara est en avance. Tout naturellement, Pauline lui tend les clefs de son appartement. Elles y prennent rendez-vous.

Les parcs de la ville : un terrain de jeu

Le reste de la journée se déroule sur le vélo dans le parc de Rodez. Un espace gigantesque, proche du centre-ville. On y court mais aussi, on s’entraîne à vélo. Le terrain est le lieu d’entraînement du club de VTT local. On y initie les plus jeunes aux joies du sport en pleine nature. La chronologie est respectée. La transmission de connaissances se fait dans ce sens, des plus âgés vers de plus jeunes, de l’antérieur vers le postérieur.

Dans le monde du cyclisme, c’est surtout comme ça. L’initiation, l’apprentissage est dirigé vers les jeunes cyclistes. Il s’agit surtout d’une habitude. Les “écoles” de vélo sont destinées à ceux qui vont encore à l’école. On oublie, peut être trop facilement, que l’envie de “vélo” peut apparaître plus tardivement. Qu’un adulte puisse avoir envie de débuter le vélo, qu’un cycliste sur route puisse avoir le désir de se mettre au cyclo-cross. Dans ce cas, il est difficile de trouver des structures qui accueillent les “vieux” débutants. Mais c’est ainsi.

Transmettre la connaissance

Pauline Sabin Teyssèdre va exercer cette fonction le temps d’un après-midi. Elle nous apprend qu’elle a reçu les conseils en cyclo-cross de Christel Ferrier-Bruneau. Cette dernière fut 11 années durant cycliste professionnelle, deux fois championne de france sur route (2009 et 2011). Pauline n’entraîne pas. Elle n’hésite pas, cependant, à recevoir Tamara pour revenir, ensemble, sur les exigences du cyclo-cross.

Une discipline technique mais pas que…

L’effort est particulier. Complet. C’est ce qu’elle va vouloir montrer à Tamara Kroll. Certes, le cyclo-cross est une discipline technique mais elle reste, pour notre championne du monde, un sport d’endurance pratiqué sur un terrain par nature instable. La condition physique doit être excellente car le cycliste doit s’y mouvoir lucidement. A chaque instant, il faut décider des trajectoires à suivre, des efforts à imprimer sur les pédales pour poursuivre la progression. Un coup de pédale trop puissant au mauvais endroit et la roue tourne à vide ou dérape.

De plus, les techniques pour franchir les obstacles doivent être connues, maîtrisées et automatisées pour les utiliser à bon escient au cours du déplacement.

Enfin, et comme bien souvent dans le sport, il y a cette part d’inconnue. Ces éléments qui permettent d’aller plus loin, à condition que la base soit, suffisamment, solide.

C’est l’enseignement de cette journée. Les deux sportives ont alterné des séquences techniques permettant de descendre et de remonter proprement sur le vélo, de porter plus efficacement le vélo, de gérer les virages serrés… Elles ont également simulé des parcours pour s’habituer à la lecture des trajectoires.

Au final, une belle rencontre aux accents sportifs.

A propos de Laurent 86 Articles
Sportif dès son plus jeune âge, il a pratiqué de nombreux sports d’endurance (course à pieds, triathlon, duathlon, cyclisme). Il possède une licence STAPS “management du sport” et une maîtrise “entraînement sportif et performance motrice”.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*